PROPHÈTE DU SACRE-COEUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PROPHÈTE DU SACRE-COEUR

Message  Gaellia le Lun 27 Fév - 20:28

FRERE ELYÔN : PROPHETE DU SACRÉ-COEUR
Bonjour,
Permettez-moi de vous entretenir ici de Frère Elyôn, Petit Frère Ermite du Sacré-Coeur de Jésus. Je confirme que ce Religieux catholique est un authentique Prophète, devant remettre chaque chose à sa place, en cette période particulièrement décadente. Merci de bien vouloir lire avec une attention particulière tous les cinq Ouvrages Sacrés, écrits par la Volonté de Dieu et la Grâce de l'Esprit-Saint.
Le lien du site de Frère Elyôn est :
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/
Les liens directs des Ouvrages Sacrés lisibles gratuitement :
L'APPEL DE DIEU, LA MISSION ET LES PROPHÉTIES :
(Premier Ouvrage Sacré qui apporte de nombreuses Révélations concernant : L'Appel réel du Christ à Frère Elyôn, la grande Mission du Sacré-Coeur, les Prophéties, les visions, les songes, les formules de protection, les prières, les religions, le Linceul de Turin, les Apparitions de Dozulé, le Grand Monarque et le Saint Pontife...)
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/l_appel_de_dieu....pdf
L'ULTIME ALLIANCE :
(Le Scénario du grand Film que Dieu voulait pour évangéliser le monde et qui a malheureusement échoué, à cause du diable qui a aveuglé certains catholiques. C'est pourtant une Œuvre magistrale et même l'ultime Évangile du Christ, puisque dicté par Notre Seigneur LUI-même !)
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/scenario_l_ultime_alliance.pdf
L'IGNORANCE, FLÉAU DE L'HUMANITÉ ! :
(Le Dossier qui explique en détail toute LA Vérité concernant l'échec du Film, avec la copie des polémiques émanant des forum catholiques, dont quelques personnes qui se sont déchaînées, parfois agressivement, dans le but de défendre un point de vue très subjectif, mais en faisant fi de la Volonté de Dieu, nous y trouvons aussi le "voyage" extraordinaire de Frère Elyôn au Ciel, puis les péripéties du tournage des décors en Israël.)
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/l_ignorance__fleau_de_l_humanite__.pdf
VERITAS ODIUM PARIT :
(Qui signifie "la Vérité engendre la haine", est la suite du Dossier précédent, avec toutes les prophéties et les Messages de la Très Sainte Trinité, entre 2004 et 2009.)
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/veritas_odium_parit__avec_censure_.pdf
LES ÉDITS DU ROI :
(Qui est le dernier Ouvrage Sacré, apportant de fortes Révélations, concernant la Politique que va mener le Grand Monarque, ainsi que la façon dont le Saint Pontife va restaurer l'Église catholique. D'autres Révélations surprenantes y sont contenues, mais ce n'est pas vraiment étonnant, puisqu'il s'agit de "L'Apocalypse d'Elie"! .)
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/les_edits_du_roi.pdf
Tous ces écrits sont très importants.
(ouverture correcte du site de Frère Elyôn avec internet explorer).
Bien cordialement.

Gaellia

Messages : 1
Date d'inscription : 27/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Que dit la Bible ?

Message  Genèse le Lun 17 Mar - 16:57

Entrez par la porte étroite+ ; parce que large et spacieuse est la route qui mène à la destruction*, et nombreux sont ceux qui entrent par elle ; 14 tandis qu’étroite est la porte et resserrée la route qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui la trouvent+.

15 “ Méfiez-vous des faux prophètes+, qui viennent à vous en vêtements de brebis+, mais qui au-dedans sont des loups rapaces+. 16 C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez+. On ne récolte jamais des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons, n’est-ce pas+ ? 17 De même, tout bon arbre produit de beaux fruits, mais tout arbre pourri produit des fruits sans valeur+ ; 18 un bon arbre ne peut porter des fruits sans valeur, ni un arbre pourri produire de beaux fruits. 19 Tout arbre qui ne produit pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu+. 20 Ainsi donc, c’est à leurs fruits que vous reconnaîtrez ces [hommes]+.

21 “ Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : ‘ Seigneur, Seigneur ’, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait+ la volonté de mon Père qui est dans les cieux+. 22 Beaucoup me diront en ce jour-là : ‘ Seigneur, Seigneur+, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, et en ton nom que nous avons expulsé des démons, et en ton nom que nous avons accompli de nombreuses œuvres de puissance*+ ? ’ 23 Et à eux pourtant je [le] confesserai alors : Je ne vous ai jamais connus+ ! Éloignez-vous de moi, vous qui pratiquez l’illégalité+.

24 “ Tout homme donc qui entend mes paroles que voici et les met en pratique sera comparé à un homme avisé, qui a bâti sa maison sur le roc+. 25 Et la pluie est tombée à verse, et les inondations sont venues, et les vents ont soufflé et ont battu cette maison, mais elle ne s’est pas effondrée, car elle avait été fondée sur le roc. 26 D’autre part, tout homme qui entend mes paroles que voici et ne les met pas en pratique+ sera comparé à un homme sot+, qui a bâti sa maison sur le sable. 27 Et la pluie est tombée à verse, et les inondations sont venues, et les vents ont soufflé et ont heurté cette maison+, et elle s’est effondrée ; et sa chute a été grande+. ”
Les authentiques disciples de Christ se laissent influencer par son enseignement dans tous les aspects de leur vie : le rapport à l’argent, le travail, les divertissements, les coutumes et les fêtes du monde, la vie de famille et les relations humaines en général. Les faux chrétiens, à l’inverse, adoptent la mentalité et les comportements du monde, qui deviennent de plus en plus impies durant les derniers jours. — Ps. 92:7.

4 Malaki avait prophétisé : “ À coup sûr vous verrez de nouveau la distinction entre un juste et un méchant, entre qui sert Dieu et qui ne l’a pas servi. ” (Mal. 3:18). Ces paroles méritent réflexion. Posons-nous ces questions : ‘ Est-ce que je me fonds dans la masse ou est-ce que je me démarque vraiment du monde ? Est-ce que je cherche par tous les moyens à me faire accepter de mes camarades ou de mes collègues ? Ou est-ce que je reste fermement attaché aux principes bibliques ? Est-ce que je défends mes convictions quand l’occasion s’y prête ? ’
LA HIÉRARCHIE catholique cherche à faire disparaître l’usage du nom divin des offices religieux. L’an dernier, en réponse à une “ directive ” du pape, la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements a adressé des instructions à ce sujet aux conférences épiscopales tenues dans le monde entier.

Le document, en date du 29 juin 2008, dénonce le fait qu’en dépit d’instructions contraires, la pratique consistant à “ prononcer le nom propre du Dieu d’Israël, connu comme le saint ou divin tétragramme, formé de quatre consonnes de l’alphabet hébraïque, הוהי (YHWH) ”, s’est répandue ces dernières années. Le nom divin aurait été rendu par Yahweh, Jahweh, Yehovah, etc*. La directive du Vatican entend bien rétablir la position traditionnelle de l’Église, pour qui le tétragramme doit être remplacé par “ Seigneur ”. Pour tout dire, le nom de Dieu “ sous la forme du tétragramme YHWH ne doit être ni employé ni prononcé ” dans les offices religieux, les chants et les prières.

À l’appui de sa position, le Vatican invoque la “ tradition immémoriale ” du catholicisme. La directive prétend que, même dans la Septante — traduction des Écritures hébraïques remontant à l’époque préchrétienne — le nom divin était régulièrement rendu par Kurios, mot grec pour “ Seigneur ”. De ce fait, conclut le document, “ les chrétiens, depuis le début, n’ont jamais prononcé le tétragramme divin ”. Or, cette affirmation fait abstraction de preuves démontrant le contraire. Les exemplaires les plus anciens de la Septante contenaient non pas le mot Kurios, mais le nom divin sous la forme הוהי. Les premiers disciples du Christ connaissaient donc le nom de Dieu. Ils le prononçaient également. Jésus lui-même a déclaré dans une prière adressée à son Père : “ Je leur ai fait connaître ton nom. ” (Jean 17:26). Et, dans le Notre Père, il nous enseigne à prier ainsi : “ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. ” — Matthieu 6:9.

Tout chrétien devrait souhaiter que le nom de Dieu soit sanctifié. Les efforts du Vatican visant à faire disparaître ce nom déshonorent Jéhovah, qui a dit : “ C’est mon nom pour toujours, c’est ainsi que l’on m’invoquera de génération en génération. ” — Exode 3:15, Bible de Jérusalem.
“ Ne redites pas toujours les mêmes choses ”

Jésus Christ, que même des millions de non-chrétiens reconnaissent comme un prophète de Dieu, a exposé la pensée du Créateur sur les prières répétitives en ces termes : “ Quand vous priez, ne redites pas toujours les mêmes choses, comme font les gens des nations, car ils pensent qu’ils seront entendus parce qu’ils parlent beaucoup*. ” — Matthieu 6:7.

Par conséquent, si Dieu désapprouve que l’on redise “ toujours les mêmes choses ”, les supports utilisés pour répéter continuellement les mêmes prières ne devraient-ils pas eux aussi être à proscrire ? D’ailleurs, nulle part dans la Bible il n’est question d’un fidèle serviteur du vrai Dieu se servant de chapelets, de moulins à prières ou d’autres objets de ce genre dans le culte. Cela s’explique d’autant mieux lorsqu’on comprend ce qu’est véritablement la prière et quel est son but.

Lisez la Bible avant tout...

Genèse

Messages : 3
Date d'inscription : 17/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: PROPHÈTE DU SACRE-COEUR

Message  Samuel le Mar 18 Mar - 8:02

Bienvenue Genèse, et merci de cette contribution au forum de « L'Etendard ».

_________________
avatar
Samuel
Admin

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2011

http://www.letendard.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PROPHÈTE DU SACRE-COEUR

Message  Genèse le Ven 28 Mar - 16:56

Bonjour, beaucoup de lecture mais le jeu en vaut la chandelle...

L’apôtre Paul, lui-même « berger », a écrit à ses frères de Colosses : « Soyez sur vos gardes : il se peut qu’il y ait quelqu’un qui vous entraînera comme sa proie au moyen de la philosophie et d’une vaine tromperie selon la tradition des hommes, selon les choses élémentaires du monde et non selon Christ » (Col. 2:Cool. Cet avertissement attire notre attention sur une autre bonne raison de tenir compte des conseils bibliques venant des anciens : Ils protègent le troupeau en mettant leurs frères en garde contre tout individu qui chercherait à ébranler leur foi. L’apôtre Pierre a mis les chrétiens en garde contre de « faux prophètes » et de « faux enseignants » qui essaieraient de « sédui[re] les âmes instables » pour les inciter au mal (2 Pierre 2:1, 14).

Incontestablement, comme Jérémie, nous vivons des temps critiques. Et, comme à son époque, la réaction des gens au message divin peut leur valoir la vie ou la mort. Bien entendu, les serviteurs de Dieu d’aujourd’hui ne sont pas des prophètes. Nous ne sommes pas inspirés par Dieu pour ajouter quoi que ce soit aux paroles infaillibles de Jéhovah, compilées dans la Bible. Nous avons toutefois reçu la mission de prêcher la bonne nouvelle du Royaume tous les jours jusqu’à la fin du système de choses (Mat. 28:19, 20). Nous ne voulons pour rien au monde taire à nos semblables ce qui est sur le point d’arriver, ce qui reviendrait à ‘ voler les paroles de Jéhovah ’. (Lire Jérémie 23:30.) Nous sommes bien résolus à ne rien leur ôter de leur force et de leur effet. Nombre des prophéties que Jéhovah a demandé à Jérémie d’annoncer se sont déjà réalisées. Cela nous convainc que celles qui doivent encore s’accomplir sont sûres. Nous avons le devoir de dire à nos contemporains que Dieu fera sans faute ‘ ce qu’il a projeté et ce qu’il a ordonné dès les jours d’autrefois ’. — Lam. 2:17.

La Trinité : d’où vient-elle ?

Qu’en est-il de l’enseignement selon lequel Jéhovah et Jésus seraient en fait le même Dieu, comme la Trinité l’affirme ? Dans son numéro d’avril-juin 1999, la revue The Living Pulpit définit ainsi la Trinité : “ Il y a un Dieu et Père, un Seigneur Jésus Christ, et un Saint-Esprit, trois ‘ personnes ’ [...] qui sont la même, ou une par essence [...] ; trois personnes qui sont également Dieu, possédant les mêmes qualités naturelles, et pourtant vraiment distinctes, connues par leurs caractéristiques personnelles*. ”

D’où cet enseignement complexe tire-t-il ses origines ? Dans son numéro du 20 au 27 mai 1998, le journal Christian Century cite les propos d’un pasteur qui reconnaît que la Trinité est “ un enseignement de l’Église et non de Jésus ”. Puisque la Trinité n’est pas un enseignement de Jésus, est-elle au moins en accord avec ce qu’il enseignait ?

Le Père : supérieur au Fils

Jésus a appris à ses disciples à prier ainsi : “ Notre Père qui es dans les cieux, que ton Nom soit sanctifié. ” Notre Père céleste, dont le nom est Jéhovah, est dépeint dans la Bible comme étant supérieur à son Fils. Il est dit par exemple que Jéhovah est Dieu “ de toujours à toujours ”. La Bible dit par contre que Jésus est le “ Premier-Né de toute créature ”. Jésus lui-même a reconnu que Jéhovah était supérieur à lui lorsqu’il a déclaré : “ Le Père est plus grand que moi. ” (Matthieu 6:9 ; Psaume 90:1, 2 ; Colossiens 1:15 ; Jean 14:28, Bible de Jérusalem). Pourtant, selon la doctrine de la Trinité, le Père et le Fils sont “ également Dieu ”.

Que le Père est supérieur au Fils et qu’il en est totalement distinct, Jésus l’a démontré dans ses prières, comme dans celle qu’il a prononcée avant son exécution : “ Père, si tu veux, écarte cette coupe [c’est-à-dire cette mort ignominieuse] de moi. Toutefois, que ce soit, non pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse. ” (Luc 22:42). Si Dieu et Jésus sont ‘ un par essence ’, comme le veut la Trinité, comment se pourrait-il que la volonté de Jésus semble différente de celle de son Père ? — Hébreux 5:7, 8 ; 9:24.

De plus, si Jéhovah et Jésus n’étaient pas distincts, comment se pourrait-il que l’un soit au courant de certaines choses, et l’autre pas ? Voici, par exemple, ce que Jésus a déclaré à propos de l’époque du jugement du monde : “ Quant à ce jour-là, ou à l’heure, personne ne les connaît, ni les anges dans le ciel ni le Fils, mais seulement le Père. ” — Marc 13:32.

La Trinité et l’Église

La Trinité n’a été enseignée ni par le Christ ni par les premiers chrétiens. Comme il l’a été dit auparavant, elle est “ un enseignement de l’Église ”. Dans son numéro de 1999 sur la Trinité, The Living Pulpit fait observer : “ Parfois, on a l’impression que tout le monde affirme que la doctrine de la Trinité est un enseignement de base de la théologie chrétienne ”, alors qu’en fait elle n’est pas “ une idée biblique ”, ajoute cette revue.

La New Catholic Encyclopedia (1967), qui parle dans le détail de la Trinité, admet : “ En dernier ressort, le dogme de la Trinité est une invention de la fin du IVe siècle [...]. La formulation ‘ un Dieu en trois personnes ’ n’a pas été solidement établie ni sans doute pleinement intégrée à la vie chrétienne et à sa profession de foi avant la fin du IVe siècle. ”

Martin Werner, qui enseigne à l’université de Berne (Suisse), fait cette remarque : “ Quel que soit l’endroit du Nouveau Testament où la relation de Jésus à Dieu, le Père, est examinée, que ce soit en rapport avec sa venue en tant qu’homme ou avec son identité messianique, elle est envisagée comme une subordination et elle est représentée catégoriquement comme telle. ” De toute évidence, ce à quoi Jésus et les premiers chrétiens croyaient n’a rien à voir avec la Trinité enseignée par les Églises d’aujourd’hui. D’où est donc venu cet enseignement ?

Les origines de la Trinité

La Bible mentionne de nombreux dieux et déesses qui étaient vénérés, notamment Ashtoreth, Milkom, Kemosh et Molek (1 Rois 11:1, 2, 5, 7). Même dans l’Israël antique, à une époque, beaucoup croyaient que Baal était le vrai Dieu. D’ailleurs, Éliya, un prophète de Jéhovah, leur avait lancé cet ultimatum : “ Si Jéhovah est le vrai Dieu, allez à sa suite, mais si c’est Baal, allez à sa suite. ” — 1 Rois 18:21.

Avant la naissance de Jésus, déjà, il était courant d’adorer les dieux païens par groupes de trois, appelés triades. “ D’Égypte vinrent les idées de trinité divine ”, déclare l’historien Will Durant*. Dans l’Encyclopédie de la religion et de l’éthique (angl.), James Hastings écrit : “ Dans la religion indienne, par exemple, nous rencontrons la trinité Brahmâ, Siva, et Viṣṇu ; dans la religion égyptienne, la triade Osiris, Isis et Horus. ”

Il y a donc de nombreux dieux. Est-ce ainsi que les premiers chrétiens voyaient les choses ?

Le pape est-il le “ successeur de saint Pierre ” ?

EN 2002, le pape Jean-Paul II a envoyé à l’évêque de Limburg (Allemagne) une lettre qui annulait une décision du prélat sur l’avortement. Le pape a introduit sa missive en affirmant qu’il était, “ de par la volonté de Jésus Christ, responsable du bien-être et de l’unité de toutes les églises ”. Il prétendait avoir le droit d’annuler la décision de l’évêque en sa qualité de pape, réputé être “ le successeur de saint Pierre ”.

Dans Le nouveau Théo : l’encyclopédie catholique pour tous, on peut lire ceci : “ Jésus choisit clairement Pierre pour le mettre à la tête des apôtres*. ” Une autre encyclopédie catholique précise : “ Christ a décrété que la primauté de Pierre se transmettrait perpétuellement ; les évêques de Rome sont ses successeurs. ” — New Catholic Encyclopedia (2003), volume 11, pages 495-496.

Il s’agit là d’affirmations d’une très grande portée. Mais avez-vous déjà eu l’occasion d’en vérifier le bien-fondé ? Dans cet article, nous allons répondre aux trois questions suivantes : 1) La Bible permet-elle d’affirmer que Pierre a été le premier pape ? 2) Que nous apprend l’Histoire sur l’origine de la succession apostolique ? 3) Le comportement et les enseignements des papes correspondent-ils à ce que ces hommes prétendent être, à savoir les successeurs de Pierre ?

Pierre a-t-il été le premier pape ?

Pour prouver que l’Église est fondée sur Pierre, les catholiques citent depuis longtemps les paroles de Jésus rapportées en Matthieu 16:18 : “ Tu es Pierre, et sur ce roc je bâtirai ma congrégation. ” Cette citation figure d’ailleurs en latin sous le dôme de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Augustin, illustre Père de l’Église, pensait de même que la congrégation reposait sur Pierre. Vers la fin de sa vie, toutefois, il est revenu sur le sens des paroles de Jésus. Dans ses Révisions, il a écrit que l’Église, autrement dit la congrégation chrétienne, n’était pas bâtie sur Pierre, mais sur Jésus*.

Il est vrai que Pierre est un personnage de premier plan dans les Évangiles. Lors de plusieurs événements marquants, Jésus a demandé à trois de ses apôtres d’être présents à ses côtés : Jean, Jacques et Pierre (Marc 5:37, 38 ; 9:2 ; 14:33). C’est à Pierre que Jésus a confié “ les clés du Royaume des cieux ”, qui ont permis à l’apôtre de donner accès au Royaume tout d’abord aux Juifs et aux prosélytes, puis aux Samaritains, et finalement aux Gentils (Matthieu 16:19 ; Actes 2:5, 41 ; 8:14-17 ; 10:45). Parce qu’il était d’un naturel ouvert, Pierre a parfois pris la parole au nom de l’ensemble des apôtres (Actes 1:15 ; 2:14). Mais cela suffit-il pour affirmer qu’il était le chef de la congrégation primitive ?

Paul a certes écrit que Pierre s’était vu confier “ un apostolat pour les circoncis ”. (Galates 2:8.) Cependant, comme l’indique le contexte, Paul ne voulait pas dire par là que Pierre dirigeait la congrégation. Il rappelait simplement que Pierre avait été chargé de prêcher aux Juifs.

Pierre a bel et bien reçu de grandes responsabilités dans la congrégation, mais nulle part dans la Bible il n’a prétendu en être le chef ni n’a pris de décisions pour l’ensemble des disciples, ce qui aurait pu laisser supposer qu’il l’était. Dans une de ses lettres, il s’est présenté comme un “ apôtre ” et un “ ancien ”, rien de plus. — 1 Pierre 1:1 ; 5:1.

Que nous apprend l’Histoire sur l’origine de la papauté ?

Quand et comment la notion de papauté est-elle apparue ? Déjà du vivant des apôtres, l’idée qu’un homme puisse s’arroger des droits sur la communauté des croyants avait fait surface. Mais qu’en pensaient les apôtres ?

Pierre lui-même a exhorté les hommes qui dirigeaient les congrégations à ne pas “ commande[r] en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu ” et à se ceindre d’humilité les uns envers les autres (1 Pierre 5:1-5). Paul, lui, a annoncé que du milieu de la congrégation se lèveraient des hommes disant “ des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite ”. (Actes 20:30.) Vers la fin du Ier siècle, Jean a repris sévèrement un disciple nommé Diotréphès. Que lui reprochait-il ? Entre autres qu’il aimait “ occuper la première place ” dans la congrégation (3 Jean 9). Ces avertissements des apôtres ont permis de contenir pendant un temps les ambitions d’individus qui rêvaient de prééminence. — 2 Thessaloniciens 2:3-8.

Peu après la mort du dernier apôtre, des hommes ont commencé à prendre de l’ascendant sur la congrégation. C’est ce que relate un ouvrage d’Histoire (The Cambridge History of Christianity) : “ Avant le milieu du IIe siècle, il n’a probablement pas existé un seul évêque de Rome qui ait exercé un pouvoir de type ‘ monarchique ’. ” Au IIIe siècle, l’évêque de Rome s’est approprié l’autorité suprême sur l’Église, du moins sur une partie de son territoire*. Pour asseoir cette autorité, certains ont compilé la liste des successeurs de Pierre.

En réalité, cette liste ne prouve pas grand-chose. D’abord, l’existence de certains des personnages qui y figurent est invérifiable. Mais le hic, c’est que le point de départ de la liste est erroné. En effet, à supposer que Pierre ait prêché à Rome, si l’on en croit des ouvrages profanes des Ier et IIe siècles, rien ne permet d’affirmer qu’il était le chef de la congrégation de cette ville.

Dans sa lettre aux chrétiens de Rome, Paul cite nommément nombre d’entre eux. Or, il ne fait nulle mention de Pierre (Romains 16:1-23). Si Pierre avait été à la tête de la congrégation, on peut difficilement concevoir que Paul ait oublié ou omis de le citer.

Autre fait notable : à l’époque où Pierre écrit sa première lettre inspirée, Paul écrit sa seconde à Timothée, où il mentionne ouvertement la ville de Rome sans faire allusion à Pierre. En tout, Paul rédigera six lettres dans cette ville. Dans aucune il n’est question de Pierre.

Une trentaine d’années après que Paul a écrit ses lettres, Jean a rédigé trois lettres ainsi que le livre de la Révélation. À aucun moment il n’a laissé entendre que la congrégation de Rome occupait une position supérieure. Il n’a pas non plus évoqué un quelconque chef de l’église qui aurait détenu la charge suprême de successeur de Pierre. Ni la Bible ni les faits historiques ne permettent d’affirmer que Pierre se soit autoproclamé premier évêque de la congrégation de Rome.

Le comportement et les enseignements des papes sont-ils à la hauteur de leur titre ?

Un homme qui se prétend être le “ successeur de saint Pierre ” et le “ Vicaire du Christ ” se doit à tout le moins d’avoir un comportement et des enseignements conformes à ceux de Pierre et du Christ. Or, Pierre a-t-il accepté que les autres disciples lui accordent un traitement de faveur ? Non. Il a refusé qu’on lui rende un hommage particulier (Actes 10:25, 26). Jésus, quant à lui, a déclaré qu’il était venu pour servir, et non pour être servi (Matthieu 20:28). Que dire à présent des papes ? Veillent-ils à rejeter la prééminence, à refuser les titres pompeux et à se garder d’afficher leur opulence ou leur pouvoir ?

Pierre et Christ étaient tous deux des hommes irréprochables qui favorisaient la paix. Par contraste, voilà, selon une encyclopédie catholique allemande (Lexikon für Theologie und Kirche), le souvenir que laisse le pape Léon X : “ Impliqué dans les affaires politiques, n’hésitant pas à faire preuve de népotisme, incliné aux plaisirs sensuels, Léon X délaissait ses devoirs impérieux de nature spirituelle. ” Résumant le pontificat d’autres hommes, en particulier d’Alexandre VI, l’encyclopédie française Théo dresse le constat suivant : “ On atteint le sommet du scandale [...]. Luxe fastueux, dépravation, corruption, intrigues, crimes, achèvent de déconsidérer la papauté*. ”

Passons à présent aux enseignements des papes : sont-ils en phase avec ceux de Pierre et du Christ ? Pierre ne pensait pas que tous les bons vont au ciel. Témoin sa remarque à propos du roi David : “ David n’est pas monté aux cieux. ” (Actes 2:34). Il n’a pas non plus ordonné que les enfants soient baptisés. Il a présenté le baptême comme une étape que le croyant franchit en toute connaissance de cause. — 1 Pierre 3:21.

Jésus a enseigné que ses disciples ne devaient pas chercher à dominer les autres : “ Si quelqu’un veut être le premier, il devra être le dernier de tous et le serviteur de tous. ” (Marc 9:35). “ Ne vous faites pas appeler Rabbi, leur a-t-il enjoint peu avant sa mort, car un seul est votre enseignant, tandis que vous êtes tous frères. En outre, n’appelez personne votre père sur la terre, car un seul est votre Père, le Céleste. Ne vous faites pas non plus appeler ‘ conducteurs ’, car un seul est votre Conducteur, le Christ. ” (Matthieu 23:1, 8-10). À votre avis, les papes ont-ils tenu compte des enseignements de Pierre et du Christ ?

Certains affirment que la succession apostolique reste valide même si le dépositaire de la charge ne mène pas une vie conforme au christianisme. D’après vous, cet argument se tient-il ? “ Tout bon arbre produit de beaux fruits, a rappelé Jésus, mais tout arbre pourri produit des fruits sans valeur ; un bon arbre ne peut porter des fruits sans valeur, ni un arbre pourri produire de beaux fruits. ” Pensez-vous que Pierre ou le Christ souhaitent être associés aux fruits qu’ont produits les papes ? Les faits ne sont-ils pas parlants ? — Matthieu 7:17, 18, 21-23

La vérité est dans la Bible, la parole inspirée de Jéhovah et pas ailleurs...

Genèse

Messages : 3
Date d'inscription : 17/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: PROPHÈTE DU SACRE-COEUR

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum